• Chapitre 17

    Lundi 25 janvier 2009, 20h24, maison de Ïan Hirvy.

     

    Ïga se tenait dans l'entrée et Hirvy tendait la main, attendant qu'elle lui passe son manteau.

    « Quelle galanterie !

    - Je suis un homme Ïga !

    - Merci, beau jeune homme !

    - Oh tais-toi !

    Il lui donna un léger coup de coude dans les côtes en éclatant de rire.

    - Bon tu me le donnes ton manteau ?

    - Tiens !

    Ïga le lui tendit et se dirigea vers la cuisine.

    - Alors, qu'est-ce que tu nous fais de bon ce soir ?

    - Endives au jambon !

    - J'adore ça !

    - Tant mieux. Parce que sinon c'était jambon purée.

    Ïan sortit donc de son frigo les endives au jambon et les mit à chauffer dans son four.

    - Tu les as achetées déjà prêtes ?

    - Non je les avais faites ce matin, avant de partir.

    - Mais tu ne savais pas que...

    - Au cas où tu accepterais.

    - Et tu aurais fait comment si j'avais refusé ?

    - J'aurais mangé la moitié aujourd'hui et l'autre moitié demain tiens ! »

    Ils se mirent à rire et Ïan ouvrit à nouveau la porte de son frigo.

    - Une bière ?

    - Oui, je veux bien.

    Ïan sortit donc deux bières du frigo et s'assit à table, en face d'Ïga. Elle ouvrit sa bière avec un décapsuleur qui se trouvait juste à côté d'elle et le passa à Ïan.

    - J'espère qu'on va le coincer, lâcha Ïga.

    - Qui ça ?

    - Celui qui a enlevé Ahénolïa.

    - Ah ouais, j'espère !

    - C'est vraiment un... un...

    - Ouais.

    - On aura les résultats des correspondances demain. Pour les chaussures et les pneus.

    - Hum... ouais...

    - Ça ne va pas Ïan ?

    - Si, si, pourquoi ?

    - Je sais pas... tu ne parles pas beaucoup...

    - C'est cette affaire... Je... je trouve ça dégueulasse qu'on puisse enlever une gamine de 6 ans.

    - Oui...

    - Ça te fais quoi Ïga ?

    - De ?

    - De travailler sur cette affaire, dans le même lieu, avec une fillette du même âge, quasiment ?

    - C'est... perturbant. Et flippant aussi.

    - Ouais...

    - Ton four sonne Ïan...

    - Ah ouais ? Faut vraiment que je change la sonnerie... je l'entends plus depuis quelques temps...

    - Tu te fais vieux !

    - Ha ha ha, vraiment hilarant Ïg' ! Non c'est mon neveu qui me hurle dans les oreilles chaque fois qu'il vient ici... Et il vient souvent.

    - Ah d'accord. Je ne savais pas que tu avais un neveu...

    - Le fils de ma sœur, Ÿrsha.

    - Ah d'accord.

    Ïan se leva et ouvrit le four afin d'y prendre le plat. Il le déposa sur le plan de travail de la cuisine et sortit deux grandes assiettes blanches. Il mit une endive au jambon dans chaque assiette et servit le repas.

    - Voilà !

    - Merci ! Je meurs de faim !

    - On a pas mangé grand chose ce midi.

    - C'était fast-food...

    - Oui. Mais là je peux te jurer que tu seras calée à la fin du repas ! »

    Ïga se mit à rire et ils commencèrent à engloutir leur plat.

    Il était déjà 22h47 quand ils eurent fini de manger. Ils avaient bavardé pendant longtemps, parlant de tout et de rien, et Ïan lui avait proposé une part de succulent brownie au chocolat, avec des éclats de noix à l'intérieur.

    « Bon, il faut que je rentre maintenant ! On doit reprendre l'affaire tôt demain matin... dit alors Ïga.

    - Non reste ici. Je ne voudrais surtout pas qu'il t'arrive quelque chose sur la route Ïg'...

    - Mais je dois...

    - S'il te plait. Reste.

    - Bon... d'accord.

    Ïan lui sourit et lui prit la main.

    - Par contre je n'ai qu'un seul lit...

    - C'est pas grave je vais dormir sur le canap...

    Ïga n'eut pas le temps de finir sa phrase que déjà Ïan passa sa main derrière la tête de la jeune femme et l'embrassait. Elle ouvrit tout d'abord de grands yeux, surprise par l'acte de son collègue, puis s'adoucit et lui rendit son baiser.

    - Je ne vais tout de même pas te laisser dormir dans le canapé Ïga...

    - Ïan, on ne peut pas faire ça... C'est... dans le règlement...

    - On s'en fiche du règlement !

    - Mais...

    - Non. Chut.

    - Bon... »

     

     Il l'entraîna donc à l'étage et lui ouvrit la porte de l'une des chambres. 


    Tags Tags : , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :