• Chapitre 19

    Lundi 25 janvier 2009, 22h47, maison de « L'homme au chapeau », cave de la maison.



    Ahénolïa ouvrit difficilement les yeux. Après s'être fait violemment cogner le crâne contre le mur, elle ne se souvenait de rien. Seuls de vagues souvenirs tournoyaient en boucle dans son esprit mais elle n'était même pas sûre que ces moments là avaient réellement eu lieu. Sa tête lui faisait encore mal et sa lèvre inférieur était tuméfiée. Elle essaya de se lever mais se rendit vite compte qu'elle avait été attachée.

    Au-dessus d'elle se trouvait une petite ampoule grésillante.

    Elle se mit à regarder ses poignets et vit de grosses ceintures de cuir noires qui entravaient chacun de ses mouvements. Ses chevilles étaient attachées avec le même dispositif et elle était allongée sur une table métallique. Elle avait froid et n'était vêtue que d'un tee-shirt trop grand pour elle.

    Une vive douleur parcourut sa main droite et elle vit qu'une partie de son index avait été coupé. A côté de sa tête, un flacon de nitrate d'argent brillait à la lueur de l'ampoule. Le liquide commençait à prendre une teinte qui n'était pas de bonne augure...

    L'extrémité du doigt qui avait été sectionné était protégée par un bandage et des compresses de gazes. L'homme au chapeau ne semblait pas vouloir la tuer... seulement la faire souffrir. Et c'était choses faite à présent ! Elle ne savait pas depuis combien de temps il lui avait fait ça mais la brulure était toujours bien présente.

    Alors que Nolie se lamentait sur la douleur occasionnée par cette mutilation, un mouvement sur sa gauche attira son attention. Là, dans un coin de la pièce, se trouvaient sept enfants. Elle les fixa avec des yeux ronds et l'un d'eux, un petit garçon, s'approcha d'elle.

    « Pauvre fille... pauvre fille...

    - Qui es-tu ?

    - Je suis numéro 3.

    - Quel est ton prénom ?

    - Numéro 3.

    - Ton vrai prénom.

    - Numéro 3.

    - Tu dois bien t'appeler autrement que numéro 3 ?! Tes parents ne t'ont quand même pas appelé comme ça ?

    - Le monstre m'appelle numéro 3.

    - L'homme au chapeau, c'est lui le monstre ?

    - Le monstre porte effectivement un chapeau chaque fois qu'il enlève quelqu'un.

    - Vous aussi vous avez été enlevés c'est ça ?

    - Oui. Il y a bien longtemps, petite fille.

    - Je m'appelle Ahénolïa.

    - Plus pour longtemps...

    - Comment ça ?

    - Tu seras bientôt numéro 13.

    - Mais vous n'êtes que 7.

    - Tu es la treizième à entrer dans cette pièce.

    - Il faut absolument trouver un moyen de sortir d'ici !

    - Il n'y a aucun moyen de sortir. Nous sommes coincés, petite fille.

    - Quand L'homme au chapeau vient vous voir, vous n'avez jamais essayé de sortir par la porte ?

    - Certains ont essayé. Ce sont numéro 1 et numéro 2.

    - Et ils ont réussi ?

    - Ils sont morts.

    Nolie blêmit et déglutit difficilement.

    - Détache-moi, s'il te plait. Je vous aiderai à sortir.

    - Je ne peux pas faire ça, petite fille. S'il apprends que c'est moi, je finirai comme mes prédécesseurs.

    - Mais pourquoi est-ce que tu n'es pas attaché ? Et les autres ?

    - On a arrêté de crier, de pleurer et de nous plaindre. On s'est fait frapper longtemps et ensuite il nous a détachés.

    - Alors...

    - Alors tu devras attendre sa venue, petite fille.

    - Tu sais quand est-ce qu'il vient ?

    - Chaque soir.

    - Et qu'est-ce qu'il fait ?

    - Il nous apporte à manger. Il nous frappe. Il nous passe un film. Et il nous dit bonne nuit.

    - J'ai peur, numéro 3.

    - Je resterai près de toi cette nuit. Mais il faudra apprendre à ne pas avoir peur. Il n'aime pas ça...

    - On ne peut vraiment pas essayer d'alerter quelqu'un ?

    - Et comment veux-tu le faire ? Nous avons déjà tout essayé...

    - Tu n'entends pas ?

    - Quoi ?

    - Il n'est pas seul... Il y a quelqu'un avec lui. On pourrait crier...

    - Non, c'est trop risqué. Si cette personne ne descend pas voir il nous frappera quand elle sera partie.

    - Alors, on peut faire quelque chose qu'il n'entendrait pas...

    - Il est à moitié sourd depuis que numéro 10 lui a crié dans l'oreille le mois dernier !

    - Qu'est-il arrivé à numéro 10 ?

    - Elle est morte.

    - Alors il faut trouver quelque chose de discret, que seule la personne qui est avec lui entendrait...

    - Réfléchissons... »

    Nolie se mit à regarder à nouveau le plafond et le petit garçon s'assit en tailleur au pied de la table métallique. Au-dessus d'elle, Nolie entendait des rires et des bruits de pas. Peut-être pourrait-elle pleurer doucement, se dit-elle ? Mais elle avait bien trop peur que les autres enfants ne payent pour ses bêtises si L'homme au chapeau l'entendait. Alors elle eut une idée incroyable.

    « -Numéro 3 ! J'ai une idée ! »

     

     Le petit garçon se releva et s'approcha d'Ahénolïa. Et elle lui susurra son plan à l'oreille... 


    Tags Tags : , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :