• Chapitre 27

    Mercredi 27 janvier 2009, 08h03, commissariat de police de Westminston, laboratoire.



    L'analyste du laboratoire, Mary Quint venait d'entrer dans son lieu de prédilection. Elle se dirigea vers son ordinateur et vit que les résultats pour la salive trouvée sur le rouleau de Chatterton étaient prêts. Elle cliqua donc sur le bouton ''imprimer'' et se dirigea vers la photocopieuse afin de récupérer les feuilles.

    Elle revint au labo et étala les résultats sur la table métallique, comme elle avait l'habitude de le faire à chaque fois. Mais cette fois-ci, ce qu'elle lut ne la laissa pas de marbre...

    Elle sortit du laboratoire en trombe, ses résultats coincés sous le bras, et partie en courant vers le bureau de Kurt Berhzo. Elle frappa prestement à la porte et l'homme lui ouvrit, surpris. Elle entra, essoufflée, et étala fébrilement les feuilles sur le bureau.

    « Ça y est, j'ai eu les résultats !

    - Ah tant mieux ! souffla Berhzo.

    - Hum... Ne vous réjouissez pas trop vite Kurt...

    - Pourquoi ?

    - Ce que vous allez lire va... vous surprendre.

    - Vraiment ?

    - Oui. »

    Berhzo se pencha sur le bureau et examina les feuilles. Spitz, qui venait d'entrer à son tour dans le bureau de son collègue, lut par-dessus l'épaule de ce dernier. Plus ils avançaient dans leur lecture et plus leurs yeux s'agrandissaient d'étonnement, de stupeur et d'incompréhension.

    « Non... murmura Spitz.

    - Je suis désolée les garçons mais les résultats sont incontestables... Je n'ai pas d'autre explication. Je pense que vous devriez aller faire un petit tour chez Ïan. Pour au moins essayer de comprendre...

    - Oui... on va... on va aller voir Ïan. Il aura sûrement une explication. Et on pourra reprendre notre enquête.

    - OK. Désolée les gars. J'espère vraiment qu'il y a eu méprise. Vous m'en direz plus..?

    - Oui, on t'appelleras Mary. »

    Berhzo et Spitz sortirent du bureau et allèrent dehors prendre l'air. Après s'être appuyés cinq bonnes minutes contre un mur du bâtiment afin d'encaisser la nouvelle, ils se dirigèrent vers la Range Rover de Berhzo, s'y engouffrèrent et se dirigèrent vers la maison de leur collègue.

    Il y avait forcément une explication, se disaient-ils.

     

     Il y avait forcément une explication... 


    Tags Tags : , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :