• Chapitre 5

    Samedi 23 janvier 2009, 13h22, maison de la famille Sting.



    toc toc toc...



    « Oui, une seconde, j'arrive ! Chéri tu ne veux pas aller ouvrir s'il te plait ?

    - Pourquoi t'y vas pas ?

    - Je... Je suis occupée... »

    Jimmy soupira et se leva avec peine de son canapé. Il s'était tellement assis dedans que la barre en bois qui était à l'intérieur lui rentrait dans le dos et qu'il s'enfonçait dans le siège à chaque fois qu'il essayait de se lever. Il alla jusqu'à la porte qu'il ouvrit, agacé d'être dérangé sans cesse depuis ce matin. Il tomba nez à nez avec trois policiers.

    « Monsieur Sting ?

    - Oui. C'est moi. Qu'est-ce que vous voulez ?

    - Agents Hirvy, Berhzo et Spitz. Nous venons à la demande de votre femme pour rechercher votre fille... Ahénolïa.

    - Ah ouais. Euh... entrez ma femme va pas tarder.

    - Merci monsieur. »

    Les trois agents entrèrent et se mirent à regarder l'intérieur de la maison. C'était une manie chez eux. Quand on entre dans une maison, il suffit de regarder les meubles, les objets, les murs et même sans rien toucher, on sait comment ils vivent, comment ils éduquent leurs enfants. On peut presque deviner ce qu'ils mangent. Et à en juger par l'état de la pièce principale et au comportement de Jimmy Sting, ils ne vivaient pas comme des rois.

    Jimmy passa devant eux et retourna s'asseoir dans son éternel canapé, tandis que sa femme descendait les marches de l'escalier. Au moment où le dos de Jimmy touchait le dossier du canapé, Alésia posait son pied sur la dernière marche de l'escalier.

    Elle vint presque en courant vers les trois agents qui furent assez surpris de voir arriver une femme aussi maquillée et superficielle. Elle devait avoir dans les 30 ans mais en

    paraissait dix de plus. Elle avait l'air soulagée malgré les larmes maladroitement essuyées qui étaient encore bien visibles sur ses joues rebondies.

    « Oh messieurs ! Ma petite fille... Ma chérie... On ne sait pas où... Oh.

    - Calmez-vous madame. Nous allons la retrouver. Elle ne doit pas être bien loin...

    - On l'a appelée pendant plus d'une heure et... rien. On ne sait pas si... Oh, et s'il lui était arrivé quelque chose... Je ne pourrai pas le supporter. Oh, non... Jamais.

    - Madame, nous allons devoir vous poser quelques questions afin de savoir pourquoi elle est partie et où elle aurait pu aller.

    - Oui, bien sûr.

    - Bien. Alors nous allons vous soumettre ce petit questionnaire que vous devez remplir maintenant. Ce sont les informations de base que nous devons connaître sur votre fille.

    - Oui, très bien. »

    Alésia convia les trois hommes à venir s'asseoir à une petite table en bois qui se trouvait entre le salon et la cuisine. L'un des agents tendit le questionnaire à Alésia, qui se leva et partit en direction de la cuisine afin d'y prendre un stylo. Elle revint dans le salon et s'assit de nouveau, puis s'empressa de remplir le-dit questionnaire et le rendit à l'agent qui le lui avait donné. Celui-ci se mit à le lire pour connaître plus de détails sur Ahénolïa.



    Nom de la personne disparue : Sting

    Prénom : Ahénolïa

    Date de naissance : 6 décembre 2003

    Age : 6 ans

    Adresse : 12 rue des Colombes, Westminston

    Nom, prénom(s) et profession du père : Jérémy Alexandre Sting, agent immobilier

    Nom, prénom(s) et profession de la mère : Alésia Marie Sting, mère au foyer

    Situation des parents : Mariés

    Couleur des yeux de la personne disparue : vert

    Couleur des cheveux : marron-caramel

    Taille (en m.) : 1m15

    Poids (en kg.) : 20,3 kg.

    Pointure : 30

    Numéro(s) de téléphone des parents : 08 93 56 47 22

    Vêtements portés le jour de la disparition : Manteau rouge, pull blanc à rayures bleues, bottes rouges, pantalon bleu foncé.

    L'agent passa le questionnaire à ses collègues afin qu'ils puissent en prendre connaissance et regarda Alésia pendant de longues minutes. Puis, quand ses partenaires eurent fini leur lecture, celui de droite posa le questionnaire sur la table et celui au centre reprit la parole.

    « Mme Sting, est-ce que... Est-ce que vous connaissez les raisons qui auraient pu pousser votre fille à partir dans la forêt ?

    - Euh... Eh bien... Non. Non je ne les connais pas...

    - Mme Sting... Nous ne pourrons pas retrouver votre fille si vous ne nous aidez pas...

    - Bon. Oui, je... »

    Alésia se stoppa net lorsqu'elle croisa le regard de Jimmy. Il avait les sourcils froncés et ses yeux étaient noirs comme de l'encre. Il avait l'air de quelqu'un capable de vous tuer si vous révéliez l'un de ses secrets. Et Alésia déglutit avec difficulté lorsque l'agent de police qui se trouvait en face d'elle lui demanda de poursuivre.

    « Donc, vous dites que vous pensez connaître ces raisons, c'est bien cela, Mme Sting ?

    - Oui.

    - Pouvez-vous nous en faire part ?

    - Eh bien.

    - Votre fille est tout ce qui nous importe madame. Nous ne sommes pas là pour juger ou quoique ce...

    - Oh que si ! s'exclama Jimmy qui venait de se lever d'un bond de son canapé.

    - Monsieur... commença l'agent qui se tenait à droite.

    - Quoi ? Venez pas ici si c'est pour raconter des blagues ! Vous demandez ça, vous jugez pas devant nous mais dès que c'est sorti ça lance des vannes et ça raconte !

    - Jimmy, voyons, ces messieurs ne sont pas comme ça ! Il veulent juste nous aider... intervint Alésia.

    - Ah oui ? Nous aider à quoi ? Démolir notre réputation ? Déjà qu'elle est bien mince !

    - Jimmy s'il te plaît, laisse nous...

    - Non ! Je les laisserai pas ruiner c'que j'ai ! J'veux qu'ils sortent de chez moi ! Sortez ! Vous avez pas compris ?

    - Jimmy va-t-en !

    - Bons à rien ! Comment est-ce que tu peux leur faire confiance ? Si tu leur raconte quoi que ce soit je te jure que...

    - Monsieur nous n'allons rien raconter à personne... C'est juste pour essayer d'avoir plus d'informations, pour retrouver votre fille le plus vite possible.

    - Si ça se trouve elle est déjà morte. »

    Alésia ouvrit sa bouche et écarquilla les yeux au maximum. Les trois agents se regardèrent, choqués par de telles paroles. Jimmy monta alors l'escalier et alla dans sa chambre.

    Alésia regarda de nouveau les trois hommes assis en face d'elle. Elle baissa les yeux lorsqu'elle vit qu'ils la regardaient également et devint cramoisie. Elle était gênée, mal à l'aise et choquée par les propos de son mari. L'agent qui se trouvait à gauche, et qui n'avait pas prononcé un seul mot depuis qu'il était arrivé, commença alors à parler à Alésia, d'une voix douce, calme et posée.

    « Madame Sting, est-ce que votre mari est alcoolique ?

    - Non. Il est juste brutal, violent et hautain.

    - Est-ce qu'il vous bat ?

    - Non.

    - Très bien.

    - Vous... Vous ne raconterez vraiment rien ?

    - Nous devrons le rapporter à notre chef, que vous avez eue au téléphone, mais à part elle personne ne le saura.

    - Très bien. Merci.

    - Mme Sting. Est-ce qu'il serait possible pour vous de nous faire part de ce que vous savez sur les raisons de la fuite de votre fille ?

    - Oui.

    - Très bien. »

    L'homme de gauche sortit un petit Dictaphone de sa poche et le posa au centre de la table. Il regarda Alésia, qui ne comprenait pas ce qu'il faisait, et la rassura.

    « Pour enregistrer. Je n'ai pas une mémoire phénoménale et nous aurons sûrement besoin de ce que vous allez nous dire.

    - D'accord. »

    Il enclencha le bouton START et commença à parler.

    « Samedi 23 janvier 2009, 14h24, maison de Jimmy et Alésia Sting, 12 rue des Colombes, Westminston. Agent Irvy Spitz. Leur fille Ahénolïa a disparu aux alentours de 9h dans la forêt de Mira. Raisons potentielles de sa disparition d'après Alésia Sting, la mère de l'enfant. Allez-y madame...

    - Eh bien, ce matin Ahénolïa s'était réveillée vers 8h30. Elle avait déjeuné et était toujours en peignoir lorsqu'elle est allée dans le salon demander à son père s'il la trouvait lâche. Je ne sais pas pourquoi elle lui a demandé ça. Elle ne le lui a pas dit. Son père lui a répondu que, comparée aux personnes qui travaillent sous la pluie, aux pompiers, aux soldats, aux policiers et tous ceux-là, oui elle pouvait se considérer comme une lâche, au chaud dans sa maison, emmitouflée dans son peignoir. Alors elle est montée s'habiller, elle a pris son manteau rouge, elle a mis ses bottes et elle est sortie dehors. Vers 12h30 le repas était prêt et nous ne la trouvions pas. Je ne savais pas qu'elle était sortie, c'est mon mari qui m'a raconté tout cela. Donc nous sommes sortis tous les deux et nous sommes allés dans la forêt. On l'a appelée pendant plus d'une heure, sans réponse. Rien. Alors j'ai pris mon téléphone et j'ai composé le numéro du commissariat de Westminston.

    - D'accord. Merci madame Sting. Fin de la déposition. Samedi 23 janvier 2009, 14h36. »

    L'agent Spitz prit le Dictaphone dans sa main et appuya sur le bouton STOP. Il rangea l'appareil dans la sacoche qui était posée à côté de lui et regarda à nouveau Alésia.

    « Nous allons tout faire pour la retrouver Mme Sting. Je vous le promets.

    - Merci.

    - Maintenant nous allons vous laisser. On va retourner au commissariat et remplir un dossier afin que cette disparition soit traitée le plus rapidement possible.

    - D'accord, très bien. Merci.

    - Au revoir madame.

    - Au revoir. »

    Les trois hommes se levèrent et serrèrent la main d'Alésia. Ils se dirigèrent tous les trois vers la sortie et promirent qu'ils retrouveraient l'enfant. La jeune femme referma la porte derrière eux et resta debout dans l'entrée. Elle n'arrivait même plus à penser. On lui avait enlevé son bébé. Sa petite fille. La prunelle de ses yeux. Sa vie.

    C'était la seule information qui passait en boucle dans son cerveau, ne laissant plus la place à d'autres réflexions. Elle pensait à sa fille. Sa Nolie. Se demandant si elle avait mal. Se demandant si on l'avait enlevée ou si elle était juste perdue. Se demandant si elle avait peur. Si elle souffrait. Si elle était triste. Si elle pleurait.

     

     Alésia dû aller s'asseoir dans le canapé car elle commençait à voir des étoiles bleues devant ses yeux. 


    Tags Tags : , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :