• Chapitre 6

    Samedi 23 janvier 2009, 15h03, commissariat de police de Westminston, bureau du l'agent Ïga Bory.



    L'agent Bory avait envoyé ses trois agents chez Alésia Sting depuis plus d'une heure et elle n'avait toujours aucune nouvelle.

    (Mais qu'est-ce qu'ils foutent Bon Dieu ?!)

    Ïga n'était pas du genre patiente. Loin de là. Elle aimait que tout soit fait dans la seconde et sans bavures. Vite fait bien fait, comme on dit. Et elle n'aimait surtout, surtout, surtout pas les personnes en retard, qui ne préviennent pas avant qu'elles le soient. « Vous êtes en retard ? Appelez ! ». C'était la première chose qu'elle apprenait aux nouveaux qui débarquaient dans son équipe.

    Tandis qu'elle était perdue dans ses pensées, énervée contre Spitz, Hirvy et Berhzo qui n'avaient toujours pas appelé, les trois hommes frappèrent à la porte du bureau et entrèrent, sans attendre d'y être invités. Lorsque Ïga se rendit compte qu'elle n'était plus toute seule, elle décida de rester tournée vers la fenêtre, se mettant dos à eux, sachant pertinemment que cela les mettrait mal à l'aise, mais ça lui plaisait.

    « Pouviez pas prévenir ?

    - Dispute.

    - OK.

    - On est restés près d'une heure là-bas...

    - Et la demi-heure qui restait ?

    - Quoi ?

    - Ça fait une heure et demie que je vous ai envoyés là-bas.

    - La route.

    - Et vous ne pouviez pas appeler sur le retour pour prévenir, histoire que je sache que tout allait bien, que je prenne connaissance de tout ce que vous savez ?

    - On...

    - Non.

    - Désolés.

    - Bah, c'est rien. Je suis... un peu à cran, ces temps-ci.

    - Ouais, on a vu ça.

    - OK. Donc, qu'est-ce que vous avez appris ?

    - On lui a fait remplir le questionnaire, on a enregistré les raisons probables de la fuite et puis les parents se sont disputés. On sait que le père est brutal mais pas alcoolique. Il ne bat pas sa femme ni sa fille.

    - Une bonne chose au moins.

    - Ouais. Mais il n'a pas l'air de les aimer vraiment. Il faudra peut-être l'interroger... Et puis... tiens, voilà le questionnaire.

    - Qui l'a rempli ?

    - La mère.

    - Où était le père ?

    - Dans le canapé.

    - OK.

    - Et puis...

    - L'enregistrement.

    - C'est moi qui l'ai, intervint Spitz en sortant l'appareil de sa sacoche. Il le tendit à Bory.

    - Merci. J'aime pas les disparitions d'enfants...

    - Nous non plus. Mais si ça se trouve elle s'est juste perdue.

    - Dans Mira ? Y a pas pire endroit pour se perdre.

    - On la retrouvera.

    - Ouais. »

    L'agent Bory prit sa veste en cuir marron qui était sur le dossier de sa chaise et se dirigea vers la porte. Les trois hommes la regardèrent, se demandant où elle allait, puis elle se tourna vers eux, légèrement agacée.

    « Bah alors... vous venez ?

    - Où ça ?

    - A Mira tiens ! Où veux-tu qu'on aille ? »

    Spitz prit sa sacoche, Hirvy ouvrit la porte et Berhzo laissa Bory passer devant.

    « J'espère qu'elle n'est pas partie trop loin... murmura Berhzo.

    - Je l'espère aussi, soupira Bory »

     

     Ils sortirent du commissariat et montèrent dans deux des voitures de fonction, entrant tous la direction de la Forêt de Mira dans leur GPS.


    Tags Tags : , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :