• Chapitre 9

    CHAPITRE 9 :

     

     

    « 25 février 1976

     

    Dumbledore a fait un voyage beaucoup plus long cette fois. Il est partit pendant près de 4 mois, quelques jours après notre petit rendez-vous. Entre temps j'ai discuté avec Helena Serdaigle et elle m'a révélé qu'elle avait volé le diadème de sa mère et que c'était le baron sanglant qui l'avait tuée. Je ne verrai plus jamais le fantôme de ma propre maison de la même manière... Je vais retourner la voir en espérant qu'elle ma révèlera aujourd'hui l'emplacement de cet horcruxe... »

     

    « 25 février 1976 (suite)

     

    Ça y est, elle me l'a dit ! Enfin pas totalement mais c'est une énigme (c'est bien caractéristique des Serdaigle...). Elle m'a dit « Si il te faut demander, jamais tu ne sauras. Mais si tu sais, il te suffit de demander... » Je vais aller voir Dumbledore immédiatement, il m'a dit de passer ce soir à 18h ! Il va être content de moi ! Peut-être qu'il saura résoudre cette énigme ! »

     

    Harry se retrouva dans le bureau de Dumbledore et son père arriva quelques secondes plus tard. Dumbledore lui fit signe de s'asseoir et Rogue commença à réciter l'énigme à Dumbledore qui semblait très enthousiaste et attentif. Dumbledore dit à Severus qu'il venait de résoudre cette énigme et qu'il lui avait été d'un grand secours. Il le remercia et lui expliqua ensuite ce qu'il avait fait pendant ces quatre derniers mois.

    « Je me suis rendu à l'orphelinat Wool.

    -Qu'est-ce que ça a à voir avec...

    -Tom Jédusor a été déposé là-bas par sa mère avant qu'elle ne meurt. C'est là-bas que je l'ai rencontré pour la première fois.

    -Et vous y avez trouvé quelque chose ?

    -Des réponses. Bien plus utiles que la dernière fois. J'ai appris que la mère de Lord Voldemort ne possédait aucun bijou mis à part un médaillon qui devait coûter très cher mais qu'elle a vendu pour quelques pièces.

    -Le médaillon de Serpentard, monsieur ?

    -Je pense que oui. Tu fais vite le lien entre toutes les informations, Severus...

    -Oui, monsieur. Donc le bracelet de la mère de Voldemort n'existe pas ?

    -Non. C'est donc l'objet que nous pouvons éliminer. Il ne me reste plus qu'à rechercher les autres.

    -Je veux vous aider monsieur !

    -Tu m'aides déjà bien assez comme cela, Severus. Plus que tu ne le penses... Et je crois savoir où se trouve le diadème de Serdaigle.

    -Mais professeur... Les horcruxes.

    -Oui ?

    -Si c'est de la magie si noire que ça, comment allons-nous les détruire ?

    -Très bonne question Severus. Je pense essayer de nombreux sortilèges et des objets très puissants pour les détruire, lorsque j'aurai un horcruxe sous la main.

    -D'accord. Quand vous parlez... « d'objets très puissants », à quoi pensez-vous ?

    -L'épée de Godric Gryffondor devrait être efficace je pense.

    -Mais on dit que seul un vrai Gryffondor peut s'en servir pleinement et je suis à Serpentard...

    -Contrairement à moi.

    -Vous étiez à Gryffondor professeur ?

    -Oui. Et je peux donc utiliser cette épée comme bon me semble.

    -Mais où est-elle ? On dit que personne ne sait où la trouver...

    -Ah, Severus... A chacun ses petits secrets... Je sais où se trouve cette épée. Je te l'ai déjà dit il y a plusieurs mois d'ailleurs, mais tu as dû oublier… Et elle est bien plus proche de toi que tu ne le penses... Mais ne t'inquiètes pas pour cela.

    -Bien, monsieur.

    -C'est donc une affaire réglée pour le diadème. Le médaillon a été vendu, mais je ne sais pas à qui. Le journal a dû être caché dans un endroit secret, tout comme la coupe et la bague. A l'orphelinat, j'ai appris qu'il avait un journal, sûrement celui dont je t'ai parlé, qui était noir aux bordures dorées, portant son nom complet gravé dessus. Je pourrai donc le reconnaître facilement si je le vois. La bague est un bijou de famille. Je pense que je pourrai facilement la trouver en me rendant dans des lieux où Tom Jédusor, et plus particulièrement ses ancêtres, son grand-père, son oncle, ont vécu. Et son serpent est toujours avec lui.

    -Mais comment pourrons-nous tuer le serpent alors, professeur ?

    -Nous nous occuperons de ça plus tard, lorsque nous aurons détruit tous les autres horcruxes.

    -Mais professeur, comment êtes-vous sûr que ce sont ces objets là, précisément, et pas d'autres affaires ayant été chères à Tom Jédusor, par le passé, qui sont les horcruxes que nous cherchons ?

    -Parce que ces objets sont très importants aux yeux de Voldemort, Severus. Je l'ai connu très jeune et jusqu'à ses 20 ans environ. Ensuite, il est devenu profondément mauvais. Mais je sais que l'Histoire de Poudlard l'intéressait énormément. Vois-tu, Poudlard était sa véritable maison et même sa famille. Je pense donc que ces objets ayant appartenu aux fondateurs de cette école sont les objets les plus importants aux yeux de Tom. Le journal le suit depuis sa plus petite enfance et il représente beaucoup pour lui. Tom Jédusor y écrivait tout ce qui devait lui passer par la tête et ce journal était donc déjà une partie de sa vie. Il n'aurait pas hésité, je pense, à le transformer en un morceau de son âme. La bague est le seul lien le rattachant à sa véritable famille. Et bien qu'il ne soit aucunement attaché à ses ancêtres, je pense que cet objet est important à ses yeux, d'autant plus qu'il est transmis de père en fils. Son serpent, qui répond au nom de Nagini, est la seule « personne », si je peux dire, qu'il supporte. Il n'est jamais proche de personne sauf de cet animal qu'il chérit plus que tout. Je pense donc qu'il n'a pas hésité une seconde à en faire une partie de lui.

    -D'accord.

    -Grâce à toi, je vais pouvoir aller chercher le diadème de Serdaigle. Je trouverai un moyen efficace et irréversible de le détruire. Ensuite j'irai de nouveau à l'orphelinat chercher de nouvelles informations, j'irai voir des collectionneurs d'objets ayant appartenu à de grands sorciers, afin de savoir qui a récupéré le médaillon, et peut-être la coupe. Et enfin je me rendrai dans la maison où vivaient les ancêtres de Voldemort, afin d'y chercher la bague.

    -Est-ce que je peux faire quelque chose pour vous être utile monsieur ?

    -Pas pour l'instant, mais je te remercie de ton dévouement et je te contacterai de nouveau dès que l'occasion se présentera. Je pense que tu peux aller manger maintenant.

    -D'accord monsieur. »

    Lorsque Severus sortit du bureau du directeur, Harry le suivit. En bas de l'escalier en colimaçon, ils croisèrent Lily Evans. Elle jeta un regard à son ancien meilleur ami et traversa le couloir, la tête haute. Quant au jeune homme, il la regarda jusqu'à ce qu'elle disparaisse à l'angle du couloir en pierre. Harry vit qu'il avait les larmes aux yeux et son père murmura :

    « Si seulement elle savait tout ce que je fais pour elle... Si elle savait à quel point je l'aime... »

     

     Le décor changea pour devenir un brouillard épais et noir qui enveloppa Harry. Une nouvelle page de journal se tourna et Harry put à nouveau lire ce qui y était inscrit. 


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :