• Prologue

    Dans la petite ville de Westminston, il y avait un quartier chic, où vivaient toutes les familles les plus fortunées de la région. Et puis il y avait la famille Sting. Héritiers d'un vieux peintre qui avait fait fureur dans les années 50, ils avaient hérité de la splendide demeure qu'il avait, jadis, achetée dans le quartier.

    Jimmy Sting était agent immobilier, mais pas du genre de ceux que l'on peut voir à la télévision, bien habillés, cheveux laqués et chaussures bien cirées. C'était un homme de 37 ans qui en paraissait dix de plus, les cheveux toujours plaqués en arrière et tellement gras qu'ils donnaient l'impression d'avoir été lustrés à la moelle de bœuf. Il était toujours vêtu du même costume : un veston gris – noir au départ, puis gris à force de le porter – qui lui descendait jusqu'aux genoux, une chemise blanche – qui ne l'était plus vraiment, tachée par le chocolat que Jimmy dévorait à chaque fin de journée – et un pantalon dix fois trop grand pour ce petit homme bedonnant. Le tout agrémenté d'une paire de chaussures trop petites et pleines de boue.

    Jimmy était marié à une femme nommée Alésia, comme la bataille.

    Elle était blonde, trop maquillée, avec des formes très marquées, à la limite entre la chirurgie esthétique ratée et la disproportion. Elle était petite, tout son corps était large et imposant, sauf sa tête qui donnait l'impression d'avoir été posée là par hasard. Une tête ronde, petite, fine et pâle. Son seul avantage était ses yeux bleus. Cela pourrait paraître cliché mais l'on y plongeait à chaque coup d'oeil. Elle ne le savait pas, mais sous la couche de maquillage qui enlaidissait son visage, se cachait un visage rond et harmonieux, un nez fins, des sourcils qui n'avaient nul besoin d'être maquillés, des cils d'un blond très clair qui aurait pu sembler jolis s'ils n'étaient pas couverts de mascara et des lèvres pleines mais loin d'être vulgaires, si n'y avait pas toutes ces couches de rouge à lèvres dessus...

    Elle était mère au foyer. Alésia s'occupait de sa fille, Ahénolïa Sting.

    C'était une enfant de 6 ans, qui ne ressemblait ni tout à fait à son père, ni totalement à sa mère. Elle avait des cheveux couleur caramel et des yeux vert émeraude. Ses cheveux lui tombaient jusque dans le bas du dos, en une longue cascade de boucles soyeuses. Elle avait constamment un sourire aux lèvres et un regard pétillant de malice. Elle avait de bonnes joues souvent pleines de bonbons et son père lui couvrait toujours le chef d'une casquette de Baseball rouge, qu'elle mettait à l'envers, visière en arrière. Ahénolïa était la plus adorable des enfants du quartier. Tous les habitants la trouvaient « mignonne », « à croquer », « partageuse » et « généreuse ».

     

    Du moins c'est ce qu'ils croyaient...


    Tags Tags : , , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :